EGE

DÉFI 3 : ATTIRONS LES MEILLEURS TALENTS DE NOTRE PAYS AU SERVICE DE L’ÉDUCATION

Contexte

L’éducation est d’abord une relation. L’essentiel ne se joue pas dans les bureaux d’un ministère. Il se joue auprès des jeunes, dans les classes, dans les mouvements éducatifs… « L’effet maître » est l’une des principales explications de la réussite des élèves.
Ainsi, la meilleure réforme éducative n’aura aucun impact si l’on n’est pas capable d’attirer et de fidéliser des femmes et des hommes compétents, formés et passionnés pour s’engager dans l’éducation.
Pourtant, nous faisons face à une « crise des vocations éducatives ». Les métiers de l’éducation peinent à recruter. Le niveau de recrutement a tendance à baisser, notamment dans les académies qui accueillent les jeunes les plus fragiles.

EN SAVOIR PLUS :

Les professionnels de l’éducation souffrent d’une crise de reconnaissance et ils sont mal payés, alors même qu’ils exercent une mission décisive. Ils s’estiment mal préparés à exercer leur mission, pas assez formés et soutenus.

La faiblesse de gestion des ressources humaines et l’absence de suivi des carrières des enseignants découragent et démotivent les meilleures volontés.

Objectifs

IMPACT

% des enseignants assistant moins d’une fois par mois à une réunion d’équipe

Jours de formation par enseignant
(12 derniers mois)

% des enseignants qui se sentent valorisés dans la société

Salaire des enseignants du secondaire rapporté au PIB par habitant

SOURCES

Sources : - https://solidarites-sante.gouv.fr/affaires-sociales/lutte-contre-l-exclusion/lutte-pauvrete-gouv-fr/la-mise-en-oeuvre/assurer-l-egalite-des-chances-des- les-premiers-pas/article/reussir-la-mixite-sociale-dans-les-modes-d-accueil-du-jeune-enfant - https://www.cnesco.fr/fr/redoublement/etat-du-redoublement/#:~:text=7%20%25%20des%20%C3%A9l%C3%A8ves%20redoublent%20le,red.ouble- ment%20dans%20l'enseignement%20professionnel. - Evaluations nationales CP, DEPP, ministère de l’éducation nationale – 2020

3 DÉFIS PRIORITAIRES

#1 RENFORCER LA FORMATION INITIALE ET CONTINUE DES ENSEIGNANTS ET ÉDUCATEURS POUR L’ENRICHIR, LUI DONNER PLUS DE SENS, ET MIEUX LES ARMER FACE AUX DÉFIS DE LEUR MÉTIER

CONTEXTE

La question de la formation des professionnels reste l’un des défis majeurs de l’éducation.
L’enquête TALIS 2018 de l’OCDE indiquait ainsi que seulement 22 % des enseignants se sentaient « bien ou très bien préparés » à la gestion des comportements des élèves à la sortie de leur formation.

Les enseignants considèrent qu’ils sont bien formés sur ces sujets mais qu’ils ne sont pas assez préparés à leur métier.
Ils estiment avoir une bonne maîtrise de la matière qu’ils enseignent, mais pas de la transmission du savoir, de la gestion de groupes d’élèves et de la relation avec les parents, du travail en équipe, de la connaissance du développement de l’enfant (rythmes biologiques, développement…), etc.
Les réformes successives de la formation initiale et le manque de formation continue ne permettent pas de répondre aux attentes des enseignants.
Le manque de formation continue oblige les enseignants à actualiser leurs compétences sans appui institutionnel.

OBJECTIFS

ACTIONS

  • Intégrer à la formation initiale et continue des enseignants
  • Instaurer pour chaque enseignant un parcours de césure hors école
  • ALLOUER PLUS DE BUDGET

Intégrer à la formation initiale et continue des enseignants :
Une formation aux compétences psychosociales, notamment la gestion constructive des conflits, les relations avec les familles, les bases de la Communication Non Violente (CNV) ;
Une formation à la gestion de classe, à la différenciation pédagogique, à la prise en compte des besoins particuliers ;
Une formation basée notamment sur les apports des neurosciences, de la psychologique et de la sociologie, pour mieux connaître les enfants, leurs besoins physiologiques, physiques et psychiques ;
Une formation humaine sur le sens de l’éducation (philosophie, anthropologie, éthique de l’éducation) ; Une formation au travail en équipe (avec les enseignants, avec les autres acteurs éducatifs).

Instaurer pour chaque enseignant un parcours de césure hors école.
Instaurer pour les enseignants des stages ou des missions longues dans des structures professionnelles, hors de l’enseignement : en entreprise, dans des associations, dans des administrations.
Valoriser ces parcours dans le déroulé de carrière des enseignants (temps de formation, ancienneté, rémunération...).
Cette obligation s’impose autant aux enseignants qu’au ministère et aux établissements qui doivent s’organiser pour la rendre possible (remplacement...).

Allouer une partie plus conséquente du budget Formation au niveau des établissements pour mieux répondre aux besoins des enseignants.

#2 REVALORISER LES SALAIRES DES MÉTIERS DE L’ÉDUCATION, EN INTÉGRANT TOUTES LES MISSIONS QU’ILS REMPLISSENT

CONTEXTE

Les métiers de l’éducation attirent peu et le niveau de recrutement a tendance à baisser, notamment dans les académies qui accueillent les jeunes les plus fragiles. La paupérisation d’une partie des professionnels de l’éducation est criante. Le salaire des enseignants est un des principaux problèmes du manque d’attractivité de ce secteur.

Un enseignant de lycée gagne

0 %
de ce qu’il pourrait gagner dans un autre métier.*

Un enseignant de collège gagne

0 %
de ce qu’il pourrait gagner dans un autre métier.*

Un enseignant de primaire gagne

0 %
de ce qu’il pourrait gagner dans un autre métier.*

*: À niveau de diplôme équivalent - Selon l'OCDE

Les salaires en début de carrière jouent un rôle non négligeable pour attirer des talents : formés au niveau « master », beaucoup d’étudiants constatent l’attrait d’autres filières plus rémunératrices et privilégient d’autres voies.
Les métiers de l’éducation souffrent du syndrome « Abbé Pierre » ou « Mère Teresa ». On apprécie ce qu’ils font – les enseignants ont une bonne image auprès des Français, notamment des parents – mais on ne voudrait pas faire comme eux, et on ne le souhaite pas pour nos enfants…

OBJECTIFS

ACTIONS

  • Élargir la rémunération des enseignant
  • Intégrer Les missions
  • Consolider le statut

Élargir la rémunération des enseignants à toutes les tâches liées à leur mission (et non pas seulement aux heures de service devant les élèves) et ce, pour encourager et mieux valoriser le travail important effectué hors salle de classe.
 - Préparation des cours ;
 - Relation avec les parents ;
 - Appui à l’orientation ;
 - Travail en équipe : analyse des pratiques et ressourcement ;
 - Formation continue ;
 - Engagements et accompagnements divers ;
 - Etc.

Intégrer ces missions dans le temps de travail et l’évaluation des enseignants.

Consolider le statut d’animateur périscolaire, notamment en harmonisant et revalorisant le salaire.

#3 AMÉLIORER LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DANS L’ÉDUCATION NATIONALE

CONTEXTE

La gestion des personnels de l’éducation est souvent critiquée, notamment en ce qui concerne l’Éducation nationale. Les obstacles sont multiples.

– La faiblesse de la gestion des ressources humaines et l’absence de suivi des carrières des enseignants ;  – Le système à points est incompris et considéré comme déshumanisant et arbitraire, ne tenant pas compte des compétences et des talents, renforçant le sentiment d’isolement des enseignants, pas ou mal soutenus par leur hiérarchie et travaillant peu en équipe… ;

La surcharge de tâches administratives (suivi des dossiers des enfants et des jeunes, réponse aux appels à projets…) ;
Le manque de moyens ;
L’archaïsme des « inspections » ;
Le turn-over très fort en début de carrière et la très faible mobilité par la suite ;

OBJECTIFS

ACTIONS

  • ACCOMPAGNER LES ENSEIGNANTS
  • engager un effort volontariste
  • DES ESPACES DE SOUTIEN

Mettre en place un accompagnement personnalisé régulier des enseignants, dès leur intégration dans l’établissement : Ce suivi serait mené conjointement par les chefs d’établissement et les inspecteurs ou par un référent RH.
Il prendrait la forme d’un premier entretien d’accueil formalisé par le chef d’établissement (avec l’inspecteur pour le premier cycle) dans le- quel seraient abordés les attentes de l’enseignant, ses expériences passées, ses souhaits d’évolution et de projets, mais aussi ses besoins en formation.
Par la suite, l’entretien se tiendrait tous les 2/3 ans avec l’inspecteur et le chef d’établissement pour aborder les difficultés, les souhaits de formation et d’accompagnement, les évolutions de carrière, les mutations, etc.Former et accompagner les chefs d’établissement et l’équipe de direction pour renforcer leur capacité d’animation, d’évaluation...
Accompagner cette évolution d’une obligation de mobilité régulière pour permettre la réalisation des souhaits des enseignants.
Mieux accompagner les enseignants qui le souhaitent à quitter l’école, et/ ou faciliter les « secondes carrières » au sein de l’enseignement.

En amont, engager un effort volontariste pour diversifier le recrutement des enseignants :
Proposer des parcours d’évolution de carrière pour des assistants d’éducation ou des accompagnants d’élèves en situation de handicap.
Accueillir des personnes qui ont une expérience significative dans le secteur associatif, dans le monde de l’entreprise ou dans les administrations publiques. Cela pourrait concerner des salariés dans le cadre d’une reconversion ou d’une mise à disposition par les employeurs (notamment avec du mécénat de compétences), ou bien dans le cadre de contrats à temps partiel (avec, par exemple, des vacations quelques heures par semaine, à l'image de ce qui existe dans l'enseignement supérieur). Cette approche permettrait de faire entrer de nouvelles compétences qui n’existent pas dans un établissement scolaire et à l’inverse faire bénéficier d’autres secteurs des compétences des enseignants.

Mettre en place, dans les structures éducatives, des espaces de soutien (écoute, analyse de la pratique, etc.) pour les professionnels. Il faut des temps et des lieux de ressourcement pour apporter une réponse à l’accumulation de fatigue, de stress et de tensions et prévenir l’épuisement des adultes. C'est indispensable si l'on veut que les éducateurs puissent se concentrer sur les intentions éducatives et garder la disponibilité nécessaire à la qualité de la relation avec les enfants et les jeunes, avec les parents et les autres personnels.
Prévoir des réunions d’équipe régulières au sein de l’établissement : relecture de pratiques, co-construction...

DÉFI 2

SOUTENONS DAVANTAGE LES PARENTS

DÉFI 4

DIVERSIFIONS LES PARCOURS DE RÉUSSITE