EGE

DÉFI 2 : SOUTENONS DAVANTAGE LES PARENTS, AU LIEU DE LES IGNORER OU DE LES CULPABILISER

CONTEXTE

Trop souvent, le système éducatif a pris l’habitude de travailler sans les parents. Voire contre eux, lorsqu’il perçoit les familles comme le lieu du déterminisme ou du danger.
Pourtant, face à la pauvreté, à l’échec scolaire, aux creusements des inégalités, les parents ne sont pas le problème ; ils sont souvent le début de la solution. Ils ont besoin d’être encouragés et non culpabilisés.
Les mesures d’impact en témoignent : renforcer les compétences parentales est souvent la solution la plus économique pour les deniers publics, la plus efficace à long terme, et la plus respectueuse des besoins de l’enfant. Inversement, compenser les défaillances des familles coûte très cher pour des résultats ambivalents.

EN SAVOIR PLUS

Le temps est sans doute ce qui manque le plus aux parents. Au lieu de partir des besoins de l’enfant, nous lui imposons bien souvent un rythme effréné, au mépris de son développement, de sa sécurité affective...

La relation entre les professionnels de l’éducation, notamment les enseignants et les parents, est souvent tendue.

Or, être parent est difficile. Ce n’est pas inné. Quand les parents sont confrontés à des difficultés, ils se retrouvent souvent démunis et isolés, avec la crainte d’être jugés.

Les transferts financiers (allocations...) et le financement des modes de garde, qui constituent les principaux postes de dépenses de la politique familiale, ne répondent pas à ces besoins des familles ; elles n’ont pas seulement besoin d’argent, elles ont aussi besoin de services ! Le soutien à la parentalité pourrait devenir un des piliers de la politique familiale.

OBJECTIFS

IMPACT

% des enfants qui peuvent compter sur leur famille

% des parent trouvant qu’il est difficile d’éduquer leurs enfants

% des jeunes SUIVIS PAR LA protection de l’enfance

3 propositions prioritaires

#1 RENFORCER LA RELATION ENTRE LES PROFESSIONNELS DE L’ÉDUCATION ET LES PARENTS GRÂCE À LA FORMATION

CONTEXTE

La relation entre les professionnels de l’éducation, notamment les enseignants, et les parents n’est pas toujours apaisée, particulièrement pour les parents qui ont eu une mauvaise expérience de l’école.

Les professionnels de l’éducation sont rarement formés à la relation avec les parents, et n’ont pas forcément le réflexe d’impliquer ces derniers. Les instances éducatives ont tendance à se substituer aux parents pour compenser leurs limites, au lieu de les associer pour maximiser leur impact.

Ceux qui ont des difficultés (illettrisme, interruption précoce de la scolarité, mauvaise maîtrise du français…) se sentent parfois illégitimes. D’autres parents développent à l’égard de l’école une attitude clientéliste.

OBJECTIFS

Actions

  • Donner un socle commun
  • FORMER LES PROFESSIONNELS
  • Valoriser la relation
  • Créer des espaces de parole
  • Initier la relation
  • Développer des services

Donner un socle commun de formation à tous les professionnels de l'éducation, pour renforcer la relation avec les parents : « le campus parentalité ». Il s'agirait d'un module de formation commun à tous les professionnels de l’éducation qui capitaliserait sur les apports scientifiques (notamment neurosciences, théorie de l'attachement...) et serait régulièrement actualisé.

Former les professionnels de l’éducation (pas seulement à l'école) aux bases de la communication non-violente.
Reconnaitre et valoriser le temps consacré à la relation avec les parents dans le temps de travail des professionnels de l’éducation, notamment des enseignants. Intégrer cette dimension dans l’évaluation des professionnels.
Développer des espaces de parole ouverts pour que parents et enseignants se parlent au-delà des étiquettes.

Au sein des établissements scolaires, initier la relation dès le début et la continuer tout au long du parcours éducatif.
Prévoir systématiquement un rendez-vous entre un membre du personnel de direction, la famille, et le jeune / l’enfant pour une première inscription dans un établissement scolaire.
Généraliser la remise du livret d’évaluation aux parents par les enseignants lors de rendez-vous individuels.

Développer une offre de service aux parents au sein des établissements scolaires (appui à la parentalité, cours de français...), mais aussi de- mander des services aux parents (besoin d’aide pour développer les compétences numériques ; appui sur de la maintenance ; intervention en cours sur un thème en lien avec une expertise personnelle ou professionnelle d’un parent...).
Tout ce qui permet de créer et d’entretenir un lien positif entre les parents et l’école est favorable aux élèves.

#1 RENFORCER LA RELATION ENTRE LES PROFESSIONNELS DE L’ÉDUCATION ET LES PARENTS GRÂCE À LA FORMATION

CONTEXTE

La relation entre les professionnels de l’éducation, notamment les enseignants, et les parents n’est pas toujours apaisée, particulièrement pour les parents qui ont eu une mauvaise expérience de l’école.

Les professionnels de l’éducation sont rarement formés à la relation avec les parents, et n’ont pas forcément le réflexe d’impliquer ces derniers. Les instances éducatives ont tendance à se substituer aux parents pour compenser leurs limites, au lieu de les associer pour maximiser leur impact.

Ceux qui ont des difficultés (illettrisme, interruption précoce de la scolarité, mauvaise maîtrise du français…) se sentent parfois illégitimes. D’autres parents développent à l’égard de l’école une attitude clientéliste.

OBJECTIFS

Actions

  • Donner un socle commun
  • FORMER LES PROFESSIONNELS
  • Valoriser la relation
  • Créer des espaces de parole
  • Initier la relation
  • Développer des services

Donner un socle commun de formation à tous les professionnels de l'éducation, pour renforcer la relation avec les parents : « le campus parentalité ». Il s'agirait d'un module de formation commun à tous les professionnels de l’éducation qui capitaliserait sur les apports scientifiques (notamment neurosciences, théorie de l'attachement...) et serait régulièrement actualisé.

Former les professionnels de l’éducation (pas seulement à l'école) aux bases de la communication non-violente.
Reconnaitre et valoriser le temps consacré à la relation avec les parents dans le temps de travail des professionnels de l’éducation, notamment des enseignants. Intégrer cette dimension dans l’évaluation des professionnels.
Développer des espaces de parole ouverts pour que parents et enseignants se parlent au-delà des étiquettes.

Au sein des établissements scolaires, initier la relation dès le début et la continuer tout au long du parcours éducatif.
Prévoir systématiquement un rendez-vous entre un membre du personnel de direction, la famille, et le jeune / l’enfant pour une première inscription dans un établissement scolaire.
Généraliser la remise du livret d’évaluation aux parents par les enseignants lors de rendez-vous individuels.

Développer une offre de service aux parents au sein des établissements scolaires (appui à la parentalité, cours de français...), mais aussi de- mander des services aux parents (besoin d’aide pour développer les compétences numériques ; appui sur de la maintenance ; intervention en cours sur un thème en lien avec une expertise personnelle ou professionnelle d’un parent...).
Tout ce qui permet de créer et d’entretenir un lien positif entre les parents et l’école est favorable aux élèves.